ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Elena

J’ai connu la Communauté au Festival des jeunes à Medjugorje en 1998 où Mère Elvira répétait avec force: “Dieu existe et je l’ai rencontré!”. Je me souviens encore de sa voix et de la fermeté avec laquelle elle nous parlait. Je m’appelle Elena et beaucoup d’années ont passé depuis cette rencontre; je me rends compte que la vérité que je sentais dans ses paroles m’a donné le coup de pouce pour chercher ce Dieu qu’elle avait rencontré.
Je suis née dans une famille dans laquelle Dieu était présent; je me souviens, en effet, comme c’était beau pour moi d’aller à la Messe tous ensemble le dimanche. J’ai fréquenté l’école élémentaire auprès d’un Institut Religieux géré par des soeurs et donc j’étais habituée de prier et de passer un peu de temps avec Jésus. Un moment douloureux a été quand mon papa est mort, un moment dans lequel j’ai remis en question l’amour de Dieu en Lui attribuant sa mort. Plus je voulais me convaincre de cela et écraser la vérité, plus les paroles de Mère Elvira: “Dieu existe et je l’ai rencontré!” me tournaient dans la tête. Ainsi, ayant besoin de croire à un Dieu bon, je continuais d’aller à la Messe le dimanche, mais le reste de la semaine, je le vivais prise par mon égoïsme et par mes “besoins”, sans trop me préoccuper des enseignements de Jésus, en laissant perdre la cohérence du bien instant par instant. Entretemps, est né un petit neveu, dont je m’occupais tandis que j’étudiais, et avec lui j’ai compris que toute ma vie, je n’avais jamais vraiment aimé, je ne savais pas ce qu’était l’amour gratuit qui pense au bien de l’autre, même si moi aussi j’étais presqu’arrivée au mariage.
J’ai fait une expérience de service aux aînés en demandant à Dieu: “Si tu existe vraiment, fais que je puisse te rencontrer dans les malades que je rencontrerai!”. J’ai été exaucée, enfin je l’avais rencontré! Après cette rencontre, je ne pouvais plus être la personne d’avant! J’avais la certitude que Dieu existe et je ne pouvais plus me permettre d’être la Elena tiède d’avant: maintenant je devais faire quelque chose. J’ai commencé une recherche profonde de la vérité, mais une profonde rébellion est aussi arrivée parce que ce n’était pas facile de changer ma vie de façon radicale et d’être cohérente avec ce que Jésus m’enseignait dans l’Evangile et avec sa manière même d’aimer.
J’ai rencontré un prêtre, ami de la Communauté, qui m’a proposé de vivre une période d’expérience et ainsi je suis entrée. La première période n’a pas été facile parce que je devais retrouver l’équilibre en moi-même, mais tout de suite j’ai senti beaucoup de grâce de Dieu qui m’a soutenue et m’a guidée, grâce aussi à l’aide de beaucoup de personnes qui m’ont aimée. Avec le temps, j’ai reçu beaucoup de confiance dans les responsabilités et j’ai grandi dans la confiance en moi-même et dans mes capacités, en surmontant mes profondes peurs et insécurités. Dans la dernière période, je suis en train de découvrir toujours plus la maternité et je me suis aperçue que c’est une qualité de mon état de femme que j’écrasais depuis l’enfance.
Aimer de façon gratuite est une chose qui me dérange beaucoup, mais quand je réussis à faire les choses avec amour, je me retrouve ensuite beaucoup plus heureuse et satisfaite. Je veux remercier la Communauté parce qu’elle m’a accueillie et aimée comme une fille, en m’aidant à orienter dans le service cette sensibilité mienne, qu’avant j’écrasais pour ne pas souffrir. Aujourd’hui je vois que c’est un grand don qui m’aide à voir les besoins des autres et à tendre la main.
Je remercie la Communauté parce qu’elle m’a aidée à comprendre que tous ont besoin d’aimer et d’être aimés et que, si on ne répond pas à ce besoin primaire que chacun de nous porte en soi, il s’éteint tout doucement et on ne réussit plus à vivre, comme cela m’était arrivé.
“Vous trouverez le repos pour vos âmes” (Mt 11, 29): je veux surtout remercier Jésus parce qu’Il a été fidèle, m’a attendue et m’a indiqué un lieu, rempli de Sa présence, où enfin j’ai trouvé le repos.

Print this pagePrint this page