ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Chiara B.

Je m’appelle Chiara, je viens de Padoue et aujourd’hui je veux partager avec vous ma résurrection. Je remercie la Communauté de m’avoir accueillie il y a quelques années, parce que la rencontre vivante avec Dieu a changé ma vie.
Je suis entrée perdue, désespérée, morte au-dedans, mais au fond je désirais que quelque chose puisse changer, et cela a été ainsi: Dieu m’a prise par la main et encore maintenant Il m’accompagne dans ce chemin étonnant qu’est la vie. Je proviens d’une famille catholique, unie; mes parents ne m’ont jamais fait manquer de rien et je me suis toujours sentie aimée. Quand j’avais sept ans, nous avons dû nous transférer de la Sicile à Padoue et ce fut difficile pour moi de l’affronter: changer d’école, d’amis, laisser ma parenté ... je souffrais beaucoup et avec les années j’ai commencé à m’éloigner de tout le monde. J’éprouvais beaucoup de colère et de tristesse, au point que je ne voulais plus vivre: tout était devenu un poids.
Après un pélerinage avec ma famille à Medjugorje, quelque chose a changé en moi: la rencontre avec Marie a transformé mon coeur, il n’y avait plus de tristesse. J’ai commencé à jouer au football, à avoir beaucoup d’amis, j’étais plus souriante et ouverte, je me sentais bien. A quinze ans j’ai eu une opération au dos et j’ai dû cesser de jouer au football. C’est là que mes problèmes ont commencé. Pour passer le temps j’ai commencé à sortir le soir avec les amis, à aller en discothèque; je continuais à éprouver beaucoup de solitude, beaucoup de colère, beaucoup de confusion. Je ne savais plus qui j’étais, je devais me conformer à ce que faisaient les autres et ainsi j’ai commencé à me droguer. Au début je pensais que ce serait amusant, je me sentais grande et forte, mais tout doucement avec les années tout est devenu un poids. A la maison je me disputais souvent avec mes parents, je disais beaucoup de mensonges et je me sentais toujours plus vide. J’ai commencé ainsi à aller chez une psychologue et à user d’antidépresseurs parce que je ne voulais plus vivre. Grâce à la rencontre avec la Communauté à Medjugorje, j’ai compris que j’avais besoin d’aide et que la Communauté serait mon unique espérance.
Le pas pour entrer a été une grâce reçue de Dieu. J’ai vu comment Dieu opérait dans la vie des filles qui m’ont accueillie; cette lumière et cette joie dans leurs yeux m’ont poussée à ouvrir le coeur. L’amour et les attentions que beaucoup de filles avaient pour moi m’ont touchée ... je ne pouvais plus être indifférente, le miracle était vraiment là en face de moi. Dans la prière devant Jésus Eucharistie je sentais enfin que je pouvais être libre. J’ai commencé à faire les premiers pas d’amitié avec la fille qui me servait d’”ange gardien”, à me confier et à m’ouvrir à elle. Après quelque temps, je me suis sentie mieux, il n’y avait plus de dépression et l’envie de vivre était revenue. Même si j’avais encore du mal à m’accepter moi-même, mes pauvretés et mon histoire, tout en sachant que le chemin vers la liberté était encore long, j’étais cependant prête à l’affronter.
Quand j’avais presque deux ans de Communauté, on m’a proposé d’aller ouvrir la maison en Floride: j’étais très contente, cela avait toujours été mon rêve. Je suis partie en pensant que j’avais déjà fait beaucoup de chemin et que tout serait maintenant plus facile. Evidemment mon orgueil m’avait aveuglée encore une fois. Ma renaissance est arrivée vraiment là. J’ai commencé à avoir beaucoup de mal, les filles me disaient beaucoup de vérités sur moi que je devais encore affronter et changer: mon égoïsme, mon orgueil, le manque d’amour envers les autres... j’ai demandé de l’aide à Dieu et , comme toujours, Il est venu à mon secours. La prière et le Rosaire ont été mon salut, j’ai compris que je ne pouvais changer que si je me confiais totalement à Dieu. Mes soeurs “américaines” ont été une bénédiction pour moi: elles m’ont aimée et ont dégagé ce glaçon que j’avais dans le coeur, elles ont été mon école d’amour. J’ai commencé à me fier à Dieu complètement, à ne pas avoir peur d’aimer même quand je devais souffrir, à être une amie vraie, à demander pardon et à recommencer après chaque chute. J’ai commencé à aimer et à m’accepter moi-même et, par conséquent, à aimer et à servir avec joie mes soeurs. Dieu a rempli mon coeur d’un amour vrai et pur envers moi-même et envers les autres. J’ai compris que la vie est une joie quand tu la donnes aux autres: donner, donner et encore donner! Même un simple sourire peut changer la vie d’une soeur qui est à côté de toi. Aujourd’hui je veux être une femme qui aime inconditionnellement, sans limites. C’est ce qui me rend heureuse, qui me donne la paix, et c’est le désir que je vis dans le coeur. J’ai reçu beaucoup en Communauté, de mes soeurs, de Dieu, et je veux continuer à donner autant.
Je remercie Dieu de tout coeur de m’avoir accueillie, aimée et voulue, d’avoir changé ma vie et de m’avoir redonné la joie de vivre grâce à la Communauté.
Merci, Jésus, de m’avoir donné la grâce de faire partie de cette très belle oeuvre de Dieu.

Print this pagePrint this page