ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Jürgen

Je m’appelle Jürgen, je viens d’Autriche et je suis heureux de pouvoir partager avec vous ma vie née à nouveau en Communauté. J’ai grandi dans une famille sans foi et quand j’étais petit mes parents se querellaient souvent. Mon père travaillait beaucoup et ensuite il a commencé à boire, et ainsi, ma mère, ma soeur et moi avons dû fuir cette situation pesante. J’ai vécu avec ma mère pendant quelques années dans une maison d’accueil. Après la séparation de mes parents, je ne pouvais pas voir mon père souvent pendant toute une période, et j’ai souffert beaucoup de cela. Même s’il y avait beaucoup de problèmes, j’étais très lié avec lui et chaque fois que je pouvais le rencontrer, j’étais plus souriant et j’avais davantage envie de vivre. Puis un jour ma mère a découvert qu’elle avait une tumeur au cerveau; je me souviens bien de ce moment: j’étais en train de jouer avec ma soeur et sans crier gare une ambulance est arrivée qui a conduit rapidement ma mère à l’hôpital. Je ne comprenais rien de ce qui était en train d’arriver. A cause de sa maladie, ma mère ne réussissait plus à travailler et ainsi j’ai appris tout petit à donner un coup de main dans les travaux ménagers; parfois il arrivait que nous n’ayons pas suffisamment d’argent pour les soins et alors je partageais avec elle ce que les grands parents me donnaient. Ensuite ma mère a connu un autre homme; au début j’étais fermé à son égard mais après, en voyant qu’il était bon et nous aimait bien, je lui ai donné une chance. Quelques mois ont passé et nous nous sommes déplacés de la campagne à la ville de Vienne; je pensais que ce serait une belle aventure, mais tout était changé: l’école, les amis, l’appartement... Cependant j’ai réussi rapidement à m’habituer à la vie en ville.
Après quelque temps mon père est mort et là le monde s’est écroulé pour moi: je me suis renfermé, je ne parlais plus avec personne, à l’école cela empirait; je me suis éloigné des personnes qui m’aimaient bien, de la famille, des amis de l’Eglise, de tout le monde. Dans le groupe que j’ai commencé à fréquenter, il y avait seulement un autre garçon de mon âge, tous les autres étaient plus âgés. Ils buvaient et se droguaient et ainsi j’ai commencé moi aussi; rapidement je me suis perdu et je ne me suis plus contrôlé. Je cherchais toujours plus le divertissement dans des choses erronées. Je me levais le matin en pensant comment faire et où trouver la drogue; je ne m’intéressais à rien d’autre et à la maison ils ne savaient plus ni qui j’étais ni où j’étais. Je faisais tout cela uniquement pour oublier les souffrances.
J’ai continué ainsi jusqu’à quinze ans. Ensuite ma mère a de nouveau été hospitalisée à cause d’une autre tumeur. A ce moment j’ai arrêté de me droguer et j’allais chaque jour lui rendre visite pour me consacrer à elle. Ensuite, après un mois et demi de souffrance, elle est morte. A ce moment j’ai ressenti beaucoup de colère à l’intérieur de moi et j’ai pensé que Dieu n’existait plus en cette vie. Après un mois je suis retombé dans la drogue, dans le mal, pire qu’avant et j’ai eu des problèmes avec la police. Mon oncle m’a aidé et puisque j’étais encore mineur, il est devenu mon tuteur. Lui m’a fait connaître la Communauté Cenacolo.
Après différents entretiens, j’ai eu une rencontre forte qui m’a beaucoup touché: Luciano, un garçon ex, m’a raconté sa vie désespérée avant d’entrer, ce qu’il a vécu en Communauté et sa nouvelle vie avec la famille qui s’est reconstruite. A ce moment j’ai retrouvé un peu d’espérance et peu de temps après je suis entré au Cenacolo.
Ici j’ai trouvé ce qui m’a toujours manqué dans la vie: le sourire des personnes à côté de moi, l’amitié vraie, la joie du travail bien fait. J’ai perçu l’atmosphère d’une vraie famille. Les premières fois que je suis entré à la chapelle je pleurais beaucoup parce que c’était comme si je voyais passer dans mon esprit toutes mes souffrances. Au début je voulais fuir tout cela mais avec l’aide vraie et fidèle de “l’ange gardien”, le garçon qui était près de moi au début, j’ai continué. A travers le temps passé devant Jésus dans la prière, beaucoup de choses ont changé à l’intérieur de moi: je me sens un homme nouveau. Aujourd’hui je remercie le Seigneur et la Communauté pour la vie retrouvée et pour les nombreuses belles choses que je vis. Je remercie particulièrement d’avoir participé au récital et aux danses: ces expériences m’ont aidé à être plus libre avec moi-même et à surmonter mes nombreuses peurs.
Je remercie Mère Elvira qui a été pour moi comme une nouvelle mère et tous les garçons de la Communauté que je ressens aujourd’hui comme ma nouvelle famille.

Print this pagePrint this page