ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Peter

Je viens de Slovaquie, je m’appelle Peter et depuis quelques années je fais partie de la Communauté Cenacolo. J’ai grandi dans une famille chrétienne, où cependant être chrétien signifiait seulement participer à la Messe du dimanche; j’ai vu rarement quelque moment de prière à la maison et de toute façon on ne parlait jamais de la foi. Dans la famille on recherchait un certain bien-être, qui dépendait surtout des biens matériels. A la maison j’étais considéré comme un brave garçon à protéger et auquel on devait donner tout ce que mon frère et ma soeur plus âgés n’avaient pas pu avoir en raison de la situation politique qu’il y avait avant en Slovaquie.  Ainsi, déjà enfant, j’ai appris à avoir tout ce que je désirais sans devoir faire beaucoup d’efforts: il suffisait de demander. Ainsi je demandais toujours plus, mais “le plus” fait uniquement de choses matérielles ne me remplissait pas le coeur. Il me manquait l’amour, un amour qui dit: “Je t’aime bien!”, un amour qui se fait embrassade ou simple caresse maternelle, que je me rappelle avoir peu reçu et ressenti. Beaucoup de fois en famille, j’ai vécu et vu seulement des cris et des querelles. En grandissant je sentais que mon coeur était vide et je cherchais à le remplir avec d’autres choses; au début avec l’argent que souvent je volais à la maison et ensuite, à douze ans, j’ai découvert l’alcool et les drogues. Dans les premiers mois, cela me semblait être une belle aventure, mais en peu de temps, cette aventure s’est transformée en un esclavage quotidien.
J’étais perdu dans une vie faite d’illusions et de désespoir, et personne ne s’en apercevait. J’ai dû toucher le fond pour que mes parents voient que j’avais sombré dans la toxicodépendance. Mais tout de suite ils m’ont tendu la main et ainsi, entre dialogues, essais et larmes, j’ai acueilli leur aide et je suis entré en Communauté. Que ce soit l’entrée ou la persévérance dans le chemin communautaire, cela n’a pas été facile; aujourd’hui je reconnais que Dieu m’a donné la force d’accomplir ces pas très importants pour ma vie. Dès les premiers mois de Communauté, je percevais quelque chose de “trop beau” dans ce lieu. J’étais surpris par de nombreux petits gestes d’amitié sincère et d’amour que je recevais tous les jours. Beaucoup de sourires, de paroles de réconfort, d’attentions particulières ... simplement un amour que quelqu’un, sans Dieu, n’aurait jamais pu me donner. Et étant donné que petit j’avais entendu parler de Dieu, je me suis souvenu de nombreux enseignements maintenant oubliés et j’ai senti une forte volonté de recommencer à croire.
J’ai commencé à chercher avec fidélité dans la prière la force d’aller de l’avant et de nombreux beaux désirs que j’avais dans le coeur depuis l’enfance et qui sont devenus l’objectif à suivre, ont resurgi en moi. Après un chemin de plusieurs années traversées dans différentes fraternités de la Communauté, il me semblait être “comme il faut”, prêt désormais à sortir, mais je sentais dans le coeur une voix qui m’appelait à quelque chose de plus! A ce moment j’ai perçu l’appel à la mission et aujourd’hui je peux témoigner qu’écouter cette voix a été le choix le plus juste de ma vie!
En vivant avec les Soeurs et les familles missionnaires, dans le service aux bambins, j’ai dû creuser profondément dans les racines de ma vie et c’est seulement là que j’ai bien compris mon histoire, en trouvant la force de demander pardon pour tout le mal fait à ma famille et en me réconciliant profondément avec mes parents.
Aujourd’hui je ne changerais pour rien la vie que je mène: la mission est pour moi un très grand don de Dieu, dans lequel je vois que j’ai toujours besoin de cheminer, apprendre et m’améliorer. Depuis l’enfance je fréquentais une église de salésiens, avec une grande peinture de Marie Auxiliatrice, et aujourd’hui, après beaucoup d’années, je me retrouve dans notre mission brésilienne appelée du nom de “Notre Dame Auxiliatrice”, près de Salvador Bahia. Je crois fortement qu’Elle m’a pris par la main  depuis tout petit pour me conduire ici, où j’ai retrouvé la joie de vivre et de servir la vie!

Print this pagePrint this page