ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

1997

Octobre 1997 – Rencontre “Solidaires pour la vie”
Répondant à l’invitation du Saint Père, la rencontre mondiale sur le problème de la drogue: “Solidaires pour la vie”, organisée par le Conseil Pontifical pour la Pastorale médicale, s’est tenue à Rome du 9 au 11 octobre 1997. Cinquante experts de ces secteurs, venus de toutes les parties du monde, étaient présents. On a demandé aussi à notre Communauté de participer avec une invitation à Soeur Elvira, dont le témoignage a été très apprécié. “On ne peut combattre la drogue avec la drogue”, a dit le Pape; “la culture de la légalisation est une culture de mort, dans laquelle est seulement considérée l’hygiène du corps, et non l’unité entre corps et esprit”. A la fin de l’audience, le Pape a salué et béni les participants, parmi lesquels Soeur Elvira.

Du compte-rendu de Soeur Elvira
“Notre programme dans l’accueil du toxicomane et en général du jeune marginalisé, se base sur l’expérience de vie et de vie chrétienne, catholique. Chaque personne est accueillie non pour ce qu’elle a fait, mais pour ce qu’elle est. Le jeune avant d’être un toxicomane est un homme, une femme, à la recherche de soi-même et de motivations pour vivre avec dignité, avec respect, avec courage, avec audace, avec joie, avec honnêteté, dans le vaste souffle de la vérité, dans sa totalité. Pour cela notre proposition se nomme “Ecole de vie” et base son enseignement en imprégnant de la Parole de Dieu, des Sacrements, de l’enseignement de l’Eglise et par une profonde dévotion à la Vierge Marie.
Le jeune est accompagné et aidé dans un chemin de foi en surmontant les obstacles qu’il a toujours cachés et étouffés avec la drogue ou avec l’alcool. Cette confiance retrouvée dans un Dieu Père riche en Miséricorde fait naître en lui l’espoir d’un avenir et d’un présent, non seulement l’attente de quelque chose mais plutôt la rencontre de Quelqu’un qui communique la joie d’aider, de servir, d’évangéliser, avec un amour gratuit et continu. (...)
Nous voulons répondre au Saint Père qui invite à une nouvelle évangélisation basée sur l’annonce de la Bonne Nouvelle qui s’incarne dans le quotidien et part de la cohérence de celui qui l’annonce”.

Du discours conclusif du Saint Père
Le samedi 11 octobre 1997 le Pape a parlé aux experts en leur disant: “Combattons le mal mais sauvons les victimes. La drogue est le  symptôme d’un mal de vivre, d’une difficulté à trouver la place exacte dans la société, d’une peur pour l’avenir d’un monde dans lequel manquent l’espérance et les propositions humaines et spirituelles vigoureuses. J’invite les parents des jeunes toxicomanes à ne pas désespérer m ais à maintenir toujours un dialogue, à prodiguer leur affection et à favoriser les contacts des enfants avec les structures capables de les prendre en charge”.
Ensuite le pape a rencontré une par une les personnes présentes à la rencontre. Nous avons perçu la grande affection du Pape pour Soeur Elvira et pour la Communauté Cenacolo dans le salut et dans la bénédiction donnée à Soeur Elvira.

Print this pagePrint this page