ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Pere Stefano

Mère Elvira nous a dit au début que nous sommes ici en ces jours pour aimer la vie. C’est vraiment ainsi : la Fête de la Vie, qui est née et se renouvelle chaque année dans le souvenir de la naissance de la communauté, c’est cela, c’est faire la fête à ce grand don, immense, étonnant que Dieu nous a donné, et que nous, quelques fois, nous avons blessé, sali, perdu, mais qui demeure tout de même quelque chose de grand et de beau : notre vie.

Je me souviens qu’aux débuts de la Communauté, quand Mère Elvira nous racontait combien notre vie était importante pour Dieu et pour elle, elle prenait un exemple très simple, mais que nous, jeunes, à cette époque, accueillions avec étonnement parce que c’était la vérité de ce que nous vivions. Elle nous disait que si un père, une mère, n’importe qui perdait quelque chose de précieux, comme un anneau qu’il a entre les mains et qui tombe à terre, dans la boue, les ordures, les immondices… cet anneau ne perd pas pour autant sa valeur, mais au contraire, la personne va le chercher, le ramasse, le nettoie, lui rend sa splendeur et sa beauté… en somme, si elle retrouve, elle fait la fête ! Et cela parce la préciosité de cet anneau, une fois retrouvé, semble démultipliée, il brille encore plus.

Je pense que notre Communauté a cette mission à témoigner et à vivre : nous tous, garçons et filles du Cenacolo, sommes des joyaux précieux issus du cœur de Dieu et Dieu ne se trompe pas quand il donne la vie à quelqu’un. Dans l’existence, il est arrivé que du fait de situations, d’erreurs, du péché, de notre faiblesse, il est arrivé que nous nous soyons un peu perdus, que nous soyons un peu tombés dans la boue. La Communauté à travers le cœur de Mère Elvira nous a recueillis ; simplement, Dieu nous a ramené entre ses mains, il nous lave, un morceau après l’autre par le biais du chemin que nous vivons, par ces petits pas quotidiens que nous en Communauté, et vous familles et amis en chemin avec nous, nous accomplissons ensemble, des ténèbres à la lumière.

Alors faire fête à la vie, c’est cela : redécouvrir dans la miséricorde de Dieu qui nous lave et nous rénove, la beauté de la vie. Et que la vie vaut non seulement parce qu’elle est issue des mains de Dieu, mais aussi et surtout parce qu’elle peut donner Dieu. Ceci est le miracle le plus grand qui se produit sur cette colline depuis tant d’années : non seulement la vie est recueillie par Dieu et purifiée, mais cette vie découvre qu’elle est capable d’aimer, et de donner Dieu parce que Dieu est Amour ; elle est capable de servir Dieu et de témoigner de lui !

Alors ces quelques jours servent à cela, un immense merci que nous disons au Dieu de la Vie, parce que là où Dieu est présent, la vie renaît, lorsque Dieu descend la vie monte, Quand Dieu se penche sur l’homme blessé, la vie se rénove et ces blessures que le mal a fait à notre cœur, à notre vie, deviennent le lieu où Dieu se manifeste, où Dieu peut montrer qu’il est vraiment le Dieu de la Vie.

Cette année, le thème de la Fête est « Qui est mon prochain ? ». C’est la question qu’un homme pose à Jésus et qui permet à celui-ci de nous révéler l’une des plus belles pages de l’Evangile : la Parabole du bon Samaritain. Cette parabole a un peu guidé la Communauté tout au long de cette année. Et en cette année particulièrement bénite du fait de la reconnaissance de l’Eglise au cours du mois d’octobre, nous avons pensé vous proposer de nouveau cette parabole chère au cœur de Mère Elvira. En fait, alors qu’elle était encore jeune fille, un jour, entrant dans une petite église du lieu où elle vivait avec sa famille, dans un petit village près d’Alessandria, elle entendit les paroles de cette parabole et celles-ci commencèrent à mouvoir en elle quelque chose de grand et de beau. Sur le moment elle ne comprit pas ce que c’était, mais cette Parole de Dieu a touché son cœur et quand la Parole de Dieu touche un cœur et que ce cœur se laisse toucher par Dieu, il advient quelque chose de beau qui nous étonne jours après jours.

Donc la Parabole du Bon Samaritain guidera les réflexions, les chants, les catéchèses, les adorations de cette Fête. Durant ces quelques jours nous nous immergerons dans cette Parabole, nous la ferons nôtre et surtout sentirons que ce Dieu, Bon Samaritain, qui se penche sur nos blessures et avec une telle miséricorde nous recueille, nous prend sur ses épaules et nous porte ici, dans cette Communauté qui est un peu l’auberge où Jésus nous a porté et nous a confié aux soins de Mère Elvira, de la Communauté et de ceux qui avec elle ont été appelés par Dieu pour témoigner de son Amour et de sa Miséricorde à vous jeunes, parents et amis.

A présent débute le moment le plus important de chacune des journées de la Fête de la Vie, qui est l’Eucharistie. Dans cette messe de façon particulière, nous demanderons la grâce d’une « cascade «  d’Esprit Saint sur nous pendant ces jours. Que l’Esprit de Jésus Ressuscité, l’Esprit Créateur, l’Esprit qui renouvelle la terre puisse descendre en abondance pour renouveler, guérir, faire surgir à nouveau  nos vies .

Print this pagePrint this page