ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Histoire

Fraternité « Mère de la miséricorde » - Bartrès 2004, France

Tout d’abord la maison d’Adé, puis celle de Lourdes où sont allés les garçons, laissant Adé aux filles. Mais cette petite maison se rempli bien vite de vie et les jeunes continent à frapper à la porte. Alors la Vierge, voyant leurs besoins, murmure au cœur de la Communauté d’ouvrir une autre maison. Ainsi naît à Bartrès la fraternité « Mère de la Miséricorde »…

On avait déjà le don d’une fraternité féminine sur la terre bénie de Lourdes, dans le petit village d’Adé à quelques kilomètres de la grotte. Voyant le besoin des nombreuses filles qui frappaient à la porte en demandant de l’aide, la Sainte Vierge a murmuré au cœur de mère Elvira et de beaucoup d’entre nous le désir de donner vie à une autre maison. Nous avons tout de suite mis cette intention entre les mains de la Divine Providence et la Communauté a commencé à chercher un lieu propice. Entre temps, nous les filles, en priant, jetions un « œil » et quelques « médailles miraculeuses » dans les jardins de ces maisons qui nous semblaient pouvoir aller ! La Sainte Vierge, sûrement en souriant, a tout de suite été généreuse et a répondu. Peu de temps après mère Elvira a été touché par une propriété qui se trouvait à Bartrès, très proche de la fraternité déjà existante d’Adé, une maison familiale qui appartenait à un couple. La Communauté nous a enseigné que si la Sainte Vierge désire quelque chose, c’est Elle qui met son « tampon et signature » à travers la Providence. Rien n’est impossible à Dieu ! La nouvelle est tout de suite arrivée à Adé et ça a été une grande fête pour nous. Mère Elvira nous a laissé avec l’engagement de la prière pour obtenir la confirmation que ce soit la volonté de Dieu ; ainsi nous avons commencé une neuvaine en allant tous les jours en pèlerinage à pied à la Grotte. Pendant ces neuf jours certains d’entre nous sont parties en Italie pour la fête d’anniversaire de Mère Elvira et de cette façon notre intention s’est élargie au « cœur » de la Communauté, et peu de temps après la réponse est arrivée : nous avons reçu la Providence pour la maison !
Les travaux ont tout de suite commencé avec grande joie, les garçons se sont occupés des premières interventions plus lourdes et puis un bon groupe de nous filles s’est mis à l’œuvre pour rénover l’intérieur de la maison. Ca a été une aventure, beaucoup de choses manquaient… on n’était pas loin de ne pas manger le premier soir, mais ce qui était beau était que nous nous sommes débrouillées sans nous plaindre. Pendant deux semaines on a enlevé le papier des murs qui était collé partout, bouché et repeint les murs et meublé avec ce que nous avions à notre disposition. Le temps était restreint puisque l’inauguration était proche, en même temps que le pèlerinage des parents italiens. Entre nous filles s’était fait beaucoup d’amitié car chacune a donné quelque chose qui l’appartenait pour participer, en échangeant nos mains nos idées, nous nous sommes unies également, que ce soit celles qui travaillait dans la maison ou celles qui restaient à Adé nous soutenant avec la prière ! Le travail fini, nous sommes parties ensemble à pied, récitant deux chapelets en marchant pour visiter la nouvelle maison… quelle joie et quelle satisfaction pour chacune de nous ! La nature qui nous entourait révélait également la beauté que Dieu a créée, la maison se trouvant sur une colline avec une vue magnifique sur les Pyrénées. Mère Elvira nous a rejoint quelques jours avant l’ouverture et a formé le groupe de filles qui resterait là-bas. Le moment de la « bénédiction » était simple mais fort pour tout le monde : sur trente filles qu’on était, neuf ont été appelées. L’unité que nous avions déjà créée nous incitait maintenant à élargir notre cœur avec joie. Nous remerciant les unes les autres et nous demandant pardon, nous nous sommes préparées pour partir pour la nouvelle « mission ».
L’inauguration a été une grande rencontre pendant laquelle nous avons fortement senti l’amour et le soutien du Sanctuaire de Lourdes, qui a participé avec de nombreux amis prêtres et que nous remercions du fond du cœur pour toute la « providence spirituelle » qu’ils sont pour nous depuis ces années que nous sommes présents ici. Avec eux était présent également l’évêque, Monseigeur Jacques Perrier qui a célébré l’Eucharistie. Grâce à lui Jésus est venu tout de suite habiter dans notre chapelle bénissant ce nouveau début. Mère Elvira a choisit comme nom « Mère de la Miséricorde » pour que ce soit Marie qui guide notre maison. Après les jours de fête, les travaux dans la maison se sont concentrés sur la construction des nombreuses choses qui manquaient : les paniers pour la poubelle, les étagères, les porte vases, le rideau pour la chapelle… on était peu nombreuses mais toujours ensemble ! Nous avons construit en utilisant des morceaux de bois qui semblaient de rebut, mais qui pour nous étaient précieux, préparé la terre pour la première année du potager, la tranchée pour recueillir l’eau de pluie pour l’irrigation… tout ceci nous a aidé à créer ce climat de famille particulier qu’il y a dans cette maison. Pendant longtemps nous n’avions même pas la voiture, et donc on marchait en montant et en descendant les collines. Prier le chapelet en marchant, aller à la Messe à Bartrès, rendre visite à la fraternité d’Adé, aller au Sanctuaire en parcourant le « chemin de Bernadette ». La possibilité de vivre en petit comité pendant les premières années  a fait découvrir à chacune d’entre nous la beauté de la chaleur familiale, de l’amitié joyeuse, transparente et spontanée, de la purification de beaucoup de choses du monde et du retour à l’essentiel. Nous avons surtout eu la grâce d’habiter et de fréquenter les lieux où Sainte Bernadette a vécu, marché et prié.
Après quelques années, la Divine Providence nous a de nouveau manifestée une grande générosité, nous promettant d’élargir la maison et la faisant devenir le double de ce qu’elle était. Ainsi se sont aujourd’hui également doublées la vie et l’amour que Bartrès peut accueillir.
Cette année, en effet, nous avons traversé une période de croix, qui ensuite s’est révélé fructueux de grâces. En vivant et en souffrant ensemble, nous sentons, en effet, d’avoir grandi dans la foi et dans l’unité entre nous. L’amitié que nous avons construite restera pour toujours, car elle s’est formée dans le sacrifice. Pendant certains mois il nous a fallu laisser la maison aux garçons de la fraternité de Lourdes, pour qu’ils puissent les nombreux nouveaux travaux. Pendant cette période là notre maison c’est unie à la fraternité d’Adé et ça a été beau de créer amitié et unité avec les autres sœurs, même si en même temps nous avons vécu fortement l’attente de la réouverture de notre maison.
Ca a été une grande joie de voir les travaux aller de l’avant rapidement. Nous sommes reconnaissantes pour tous les sacrifices et pour tout l’amour que les garçons ont mis pour la réalisation de cette maison, pensée maintenant pour accueillir également les jeunes sur fauteuil roulant : avec la présence de la souffrance vécue dans la foi, la grâce de Lourdes sera encore plus vivante dans notre maison. Nous sommes heureux que la réouverture de cette fraternité ait coïncidé avec les fêtes de Noël. On a vraiment reçu un grand cadeau !
On était très heureuses et pleine d’enthousiasme pour recommencer. Au début nous l’avons vécu comme un retour dans la vieille maison, mais si à l’intérieur tout avait changé. Après quelques mois, on s’est rendu compte que Bartrès est une nouvelle réalité. Dans la fidélité aux « pivots » de la vie communautaire, avec le partage, le Chapelet, l’Adoration, le travail… on fait le maximum afin que les sœurs qui se trouvent sur le « fauteuil », don « spécial » dans cette maison, puissent y participer. Tout ceci nous éduque à être attentive à beaucoup de petites choses qui pour nous sont dues, mais qui pour elles peuvent être des obstacles. Au bout du compte nous apprenons tous les jours d’elles. Nous remercions l’Esprit Saint de nous avoir mises ensembles à des personnes si spéciales et la Communauté pour la confiance de pouvoir vivre cette réalité. Dès le début nous avons senti fortement la présence de Notre Dame de Lourdes qui nous a pris par la main et qui nous guide dans cette expérience exceptionnelle. Mais ce n’est pas fini… on est toujours prête et heureuse d’accueillir les nouvelles filles qui frapperont à notre porte ! Nous adressons un merci sincère à notre Madre Elvira qui nous a soutenu et motivé pendant les jours passés avec nous pour faire repartir la maison. On est vraiment heureuses d’être ici !             (Extrait de la revue Résurrection – Mars 2009)

 

Print this pagePrint this page