ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Histoire

Fraternité « Sainte Bernadette » - Adé - Lourdes 1993, France

Les émotions que l’on vit au sein de la Communauté sont toujours nombreuses, mais celle d’ouvrir une fraternité à Lourdes, la terre où la Sainte Vierge est apparue à Sainte Bernadette, est unique. Marie nous appelle à cet endroit pour être une petite lumière d’espérance pour beaucoup de jeunes à la recherche de la vraie vie.

On est au mois de janvier 1993, le premier groupe de garçons part en France à destination d’Adé, un très petit village pas très loin de Lourdes, pour accueillir, encore une fois, l’appel de la Sainte Vierge. Ca faisait longtemps que dans le cœur de Sœur Elvira était né le désir d’ouvrir une fraternité à Lourdes. Certaines personnes locales l’ont accueillie et ont été un instrument entre les mains de Dieu pour chercher le bon endroit. On explore toute la zone près de Lourdes, mais il semble qu’aucun endroit n’est bon à recevoir une de nos fraternités. On ne se tient pas pour battu, si la Sainte Vierge désire notre présence ici, elle nous fera trouver le bon endroit. Il nous reste encore Adé à visiter, un petit village à dix minutes de la grotte sur la route vers l’aéroport. L’atmosphère est très pacifique, il y a beaucoup de verdure et la magnifique chêne des Pyrénées qui ferme la vallée. La Sainte Vierge nous attend à cet endroit-là. A travers la Divine Providence, qui comme d’habitude ne nous déçoit jamais, arrive une donation qui permet l’acquisition de cette maison. La joie est immense et ainsi le premier groupe, accompagné par Nives, s’installe à Adé. L’enthousiasme et l’envie de faire sont tellement grands que les difficultés de la première insertion deviennent minimes.
Le 11 février on fête à Lourdes l’anniversaire de la première apparition de la Vierge à Bernadette. Le 11 février 1993, la Communauté Cenacolo inaugure également la fraternité qui prendra justement le nom de Sainte Bernadette. Après un  premier rapport de froideur de la part des voisins, nous voyons que les premières personnes commencent à nous sourire et à nous parler. Ils voient notre bonne volonté dans le travail, notre volonté à arranger la maison et à la rendre plus accueillante et plus adaptée à nos besoins. Beaucoup de personnes se rendent Providence et nous soutiennent dans nos travaux. En particulier notre voisin André a laissé un signe dans le cœur de tous. C’est un petit homme de campagne, et au début, lorsqu’il ne nous connaissait pas encore, répondait à nos salutations avec une frase « maintenant il pleut » lorsqu’il pleuvait ou « maintenant il fait beau ». C’était beau de le voir prendre confiance en nous, se rapprocher et de voir qu’il voulait instaurer un rapport d’amitié. A plusieurs occasions il a été une providence concrète en nous portant des œufs, des pommes de terre ou ce qu’il avait à nous offrir. Des petits gestes, mais sûrement fait avec le cœur. Une autre personne est restée dans le cœur de tous ceux qui sont passé dans cette fraternité : Joël. Un homme aveugle qui malgré son problème pouvait être très actif et qui savait transmettre une très grande joie et positivité.
Par contre, le plus beau était lorsqu’un prêtre du Sanctuaire, après avoir fréquenté notre Communauté pendant un certain temps, a commencé à parler de nous à l’Evêque et que l’Eucharistie est entrée également dans notre nouvelle maison française. En peu de temps notre fraternité est devenue une part intègre de Lourdes. Dès le début nous avons collaboré avec la paroisse en participant aux répétitions de chants et aux célébrations eucharistiques.
Au Sanctuaire de Lourdes, ce qui nous touchait le plus, étaient les messes du samedi soir pour les jeunes. C’est incroyable de voir combien de jeunes sont à la recherche de Dieu et nous avons le devoir de le transmettre aux autres puisque nous avons rencontré Dieu par grâce.
Les signes de la présence de la Sainte Vierge continuent encore aujourd’hui à travers les personnes qui sont près de nous, qui passent dans notre fraternité. Aucun garçon qui entre dans cette maison n’arrive à ne pas tomber amoureux de la grotte de Massabielle qui devient un « petit paradis ». Les pèlerinages fait une ou deux fois par an sont sûrement beau, mais ne peuvent être comparés au don d’aller prier à la grotte deux ou trois fois par semaine. Parfois quand il n’y a pas de pèlerinage, la grotte est presque déserte et on a l’impression d’y sentir vraiment le contact avec la Sainte Vierge.
Avec les années, la maison s’est transformée. A l’habitation initiale, complètement restructurée et arrangée par nous, s’est ajouté un four, une menuiserie, un atelier dans lequel se font des objets religieux et une « chapelle » estive où plusieurs pèlerins viennent écouter nos témoignages. Dans cette fraternité on vie la famille. La paix transforme les cœurs des garçons qui veulent se convertir à une vie chrétienne. On vie la familiarité du village, on se sent et les autres nous ressentent comme une part vitale d’Adé. La chose la plus importante par contre est que nous puissions porter une petite lumière d’espérance dans un lieu où la foi n’a pas de frontière. Des pèlerins venant du monde entier, peuvent retrouver, également grâce à nous, l’espérance, la joie et la beauté d’une vie chrétienne faite de choses simples mais vraies. La fraternité Sainte Bernadette, ce « petit paradis » est désormais connu dans toute la zone ; les entretiens sont ouverts à tous les garçons qui veulent réparer leurs forces avec une nouvelle source de vie, des centaines de belles choses, de croissances, de souffrances et beaucoup d’amour entre ces murs. Maintenant le groupe qui vit ici varie de sept à neuf garçons qui apprécient ce paradis que la Sainte Vierge nous a réservé. Nous remercions pour le don d’avoir le Sanctuaire près de nous, pour l’Evêque, pour le Père Paul, le maire d’Adé et tous les amis et les voisins du village, pour tous les pèlerins qui sont fidèles chaque année en nous soutenant avec leur providence. Un merci immense à sœur Elvira pour le « oui » à cette maison que nous gardons et dans laquelle nous vivons avec un amour profond.       (Extrait de la revue Résurrection – Mars 2001)

Print this pagePrint this page