ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

La nouvelle reconnaissance

Notre chemin dans l’Eglise

Le chemin d’une œuvre de Dieu est passé au crible par l’Eglise qui la reconnaît à petits pas, comme un « habit » sur mesure en fonction de la croissance et du développement de la vie et du Charisme de l’œuvre.
Notre chemin ecclésial a accompli ses premiers pas dans la solennité de la Pentecôte de 1998.A cette date la Communauté du Cenacolo, alors dans les mains de l’Evêque de Saluzzo Monseigneur Diego Bona, a été reconnue comme Association Privée de Fidèles pour une période de trois ans « ad experimentum ». Après des années de service aux jeunes et de vie partagée avec eux, ce jour nous avons reçu la reconnaissance ecclésiale : à partir de ce moment la Communauté n’a plus été seulement une bonne œuvre de quelqu’un, mais est devenue partie de l’Eglise, mains et cœur de cette Mère et Maîtresse qui sert l’humanité depuis 2000 ans et qui annonce le Ressuscité. Successivement à la Pentecôte de 2001 la Communauté fût reconnue comme Association Publique de Fidèles pour trois ans, toujours « ad experimentum ».
Officialisés les développements et la stabilité de l’œuvre muris au cours des années, le 8 décembre 2005, pour l’Immaculé Conception, l’actuel Evêque de Saluzzo Monseigneur Giuseppe Guerrini a approuvé définitivement la Communauté Cénacolo comme Association Publique de Fidèles de droits diocésains.

La génèse et le don précieux de cette nouvelle reconnaissance

L’extension de la Communauté Cenacolo même en dehors du territoire diocésain et national, a porté bon nombre d’Evêque de diverses terres d’Europe et du monde où s’est éparpillée la présence de nos fraternités, à nous solliciter pour commencer le chemin d’approbation pontifical de l’œuvre. Par la suite, grâce à la participation de Mère Elvira Petrozzi, fondatrice de la Communauté, comme auditrice au Synode des Evêques sur l’Eucharistie d’octobre 2005, où elle a témoigné du « miracle eucharistique » de la Résurrection des jeunes grâce à l’Eucharistie célébrée et adorée dans nos maisons, nous avons senti qu’il était l’heure de commencer ce chemin pour vérifier si les conditions étaient réunis pour une reconnaissance du Saint Siège.
Il nous a été suggéré de commencer le parcours de reconnaissance comme Association Internationale de Fidèles auprès du Conseil Pontifical des Laïcs. Entendu l’avis favorable de notre Evêque Diocésain, qui a pleinement appuyé et soutenu ce chemin, nous avons commencé les premiers pas. S’en est suivi un temps d’élaboration des statuts selon les indications reçues et grâce à la collaboration des experts qui nous ont accompagnés dans cette version.
Ce « temps » de travail fût un « temps de grâce » parce que les diverses observations reçues durant le chemin nous ont aidé à mettre en ordre sereinement tout ce que l’Esprit Saint, dans sa fantaisie d’amour, a généré ces années. Nous avons découvert toujours plus clairement, pas après pas, grâce à la sage conduite de la main de l’Eglise, « notre » visage.
Le don précieux de cette reconnaissance  est le lien encore plus fort qui nous uni avec le Saint Père, avec le cœur de l’Eglise universelle et avec ses premiers collaborateurs. C’est rentrer par la pointe des pieds, avec notre pauvreté, fragilité et petitesse, dans la grande mission universelle de l’Eglise, Servante et Mère de l’humanité, qui porte « la bonne nouvelle aux pauvres, la liberté aux prisonniers, aux affligés la joie ».
Nous sommes encore plus Eglise, unis au cœur du Pape, œuvre mise dans ses mains et à son service, responsables de ce grandissime don.

Les dates « providentielles »

La communication de l’accueil positif des statuts et de leurs approbations pour cinq ans est arrivé au mois de juin.
Le Conseil Pontifical des Laïcs a indiqué qu’il est pratique commune que le Décret de reconnaissance porte une date significative pour la Communauté. Nous avons choisi celle du 16 juillet 2009, mémoire de Notre Dame du Mont Carmel, anniversaire de la Communauté. C’est beau de voir en ce chemin la tendre main de la Vierge Marie qui nous guide et qui nous accompagne : à la fin de l’année jubilaire du 25ème anniversaire de la Communauté Cenacolo l’Eglise nous accueille dans Son cœur universel et nous envoie sur les routes du monde.
C’est repartir avec une force nouvelle, avec une lumière nouvelle, avec une nouvelle appartenance qui redemande plus de maturité, responsabilité et engagement, mais qui nous donne aussi beaucoup beaucoup de joie.
Aussi la date d’officialisation du Décret coïncide, d’une façon non programmée mais providentiel, avec un jour « spécial » : le 16 octobre est en fait un jour où un « homme venu de loin », Jean-Paul II, venait d’être élu Pape. C’est un motif en plus pour nous réjouir d’être à Rome en ces jours et remercier le Seigneur et la Vierge Marie : notre Communauté est née, elle s’est développée et à grandie sous le pontificat de Jean-Paul II, et maintenant après la 26ème année de vie vient  « reconnue » et poursuit le chemin de maturation ecclésial nous laissant guider par la main sûre du Saint Père Benoît XVI.
Une main à Jean-Paul II, l’autre à Benoît XVI : pris par leurs mains, nous marchons avec sécurité !

La nouveauté pour le chemin de « nos » sœurs

Durant le chemin effectué pour rédiger les statuts selon les indications propre du Conseil Pontifical pour les Laïcs, il s’est mieux défini le visage de « nos » sœurs. Le chemin de leurs parcours jusqu’à maintenant a été celui de la vie religieuse propre, souligné de l’habit et du voile et articulé des vœux publics émis dans les mains de l’Evêque ; pour cela nous avons reçu l’indication que leur route, né du même charisme, à quand même une identité particulière qui est réglée des canons propre de la vie religieuse . Nous sommes donc en train de préparer, en accord avec notre Evêque diocésain, un statut pour une Association Publique de Fidèles diocésaine orientée dans le futur à être un institut de vie consacrée féminin.
C’est beau de voir ce que Dieu est en train de faire avec nous, chemin vérifié par l’Eglise, et comment   se sont dégagés diverses formes de vie et d’appartenance au charisme communautaire, où chacun peut trouver sa place au service du règne de Dieu selon l’appel reçu et selon les attentes du propre cœur.

Print this pagePrint this page