ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Bruno

Je m’appelle Bruno et je suis très heureux de pouvoir témoigner ma résurrection et la découverte d’une nouvelle vie dans la foi.
J’ai passé la majeure partie de mon adolescence dans des lieux nocturnes car mes parents étant propriétaires d’un bar pensaient que ce travail pouvait être la solution à leurs problèmes financiers. Avec le temps, ils se sont rendus compte que ce choix était une illusion et un piège qui allaient provoquer, en peu de temps, la désintégration de toute la famille. Ma sœur et moi, méfiants vu les circonstances, nous nous sommes éloignés et avons commencé à avoir
de mauvaises fréquentations, usant et abusant de la liberté dont nous nous croyions propriétaires et pensant être assez mûrs pour faire librement nos choix. Les premiers contacts avec les drogues légères et l’alcool ont débuté comme un jeu, mais par la suite, mon attirance et ma curiosité se sont rapidement transformées en obsession. Chaque jour, je ne cessais de fuir la réalité et d’esquiver les problèmes, me grisant de plaisirs futiles et me précipitant dans l’enfer des drogues dures.
Mes relations avec mes parents se détérioraient: les disputes et les incompréhensions étaient à l’ordre du jour. En dépit de la peine que j’éprouvais, je refusais d’entendre raison et de comprendre qu’ils voulaient m’aider. Je vivais dans le mensonge: pour obtenir quelque chose, je me servais des personnes que je rencontrais et même de mes amis, hâtant ainsi ma solitude. Tombant toujours plus bas, je perdais totalement confiance en moi et dans les autres et mon profond désarroi me rendait incapable de donner un sens à ma vie. J’ai cherché de l’aide plusieurs fois dans d’autres communautés, consultant les psychologues et fréquentant les hôpitaux où les cures de désintoxication ne résolvaient en rien mon problème. Je me rappelle qu’un jour, fatigué de vivre et désespéré, je suis entré dans une église en pleurant, pour demander à Dieu de venir à mon secours. Je n’avais jamais fait cela auparavant. Quelques mois plus tard, quelque chose de nouveau est survenu: une amie de notre famille, me regardant dans les yeux, a compris tout de suite que le seul lieu où je pouvais trouver l’aide que je cherchais, était la Communauté Cenacolo. Alors que je me préparais à entrer, la mort de mon cousin, victime d’une overdose, m’a ouvert les yeux et m’a fait prendre conscience qu’il était grand temps que je tourne la page, ce qui a accru ma volonté d’entrer en Communauté.
Dès le premier jour, j’ai compris que je devais changer toutes mes vieilles habitudes, et me débarrasser de ma paranoïa et des blessures du passé. J’y suis parvenu progressivement grâce à l’amitié et aux exemples concrets des garçons qui vivaient avec moi. Le don le plus grand que j’ai reçu, fut de m’ouvrir à la foi, de connaître Jésus et de suivre ses enseignements. Maintenant, je ne me sens plus seul car je sais qu’Il m’accompagne quelque soit le moment de la journée. Même la souffrance et les instants difficiles ont, grâce à Lui, une grande valeur , dès lors je dois seulement être en mesure d’accueillir ce don dans mon cœur. Au cours de ces années passées en Communauté, je suis tombé amoureux de cette vie simple mais riche de valeurs sûres. Cette vie, je la savoure, jour après jour, apportant mon aide sans réserve, mêlant la joie et l’amour à mes actes, tout cela grâce à la force qui naît en moi de la fidélité à la prière.
Après avoir parcouru ce chemin, j’ai senti se développer en moi la vocation de missionnaire. J’ai confié ce projet à Marie, avec l’assurance que Notre Mère qui veille toujours sur nous, ne pourra qu’écouter les désirs de ses enfants. Mon souhait exaucé, je partis en Russie. Les années que j’ai passées là-bas, ont été particulièrement intenses, et m’ont permis d’éprouver ma foi et de renforcer ma volonté. Tous les sacrifices et les efforts accomplis ne sont pas en vains, car je perçois à présent qu’ils portent le fruit d’une amitié vraie et forte que j’ai toujours recherchée en Communauté. C’est bien vrai que “Qui trouve un ami, trouve un trésor”.
Merci Elvira d’avoir si largement contribué à ma résurrection et à celle de ma famille. Merci Marie de nous permettre d’être témoins de la lumière pour le monde et de nous aider à porter la parole de ton Fils aux personnes qui en ont le plus besoin. Je veux mettre entre tes mains toutes les familles séparées et qui ont besoin de la réconciliation.

Print this pagePrint this page