ItalianoHrvatskiEnglishFrançaisDeutchEspañolPortuguesePo PolskuSlovakia     

 

Témoigner pas seulement avec des mots

Témoigner pas seulement avec des mots.
C’est beau de voir que nous, qui avons construit notre futur sur de fausses idoles qui nous ont, ensuite porté sur le chemin de la drogue, nous pouvons, aujourd’hui, témoigner notre renaissance et être ainsi d’aide pour de nombreuses personnes qui ont besoin de retrouver l’espérance.Témoigner pas seulement avec des mots.
C’est beau de voir que nous, qui avons construit notre futur sur de fausses idoles qui nous ont, ensuite porté sur le chemin de la drogue, nous pouvons, aujourd’hui, témoigner notre renaissance et être ainsi d’aide pour de nombreuses personnes qui ont besoin de retrouver l’espérance.
Monter sur un podium, parler de nous devant les autres, surpasser la peur de se tromper, tenir un micro, chanter… se sont toutes des choses qu’aucun d’entre nous, aurait cru capable de faire sans boire ou se droguer, et c’est une grande conquête de liberté.
Pour ceci, les témoignages sont avant tout un grand don pour nous, pour la guérison de notre cœur, pour le surpassement de nos peurs et de nos complexes, pour renforcer en nous, ce que nous témoignons.
Avant d’être un aller vers les autres, les témoignages sont un moyen à travers lequel l’amour de Dieu nous guérit.
Même les heures de répétitions pour les spectacles, les erreurs, les tensions entre nous, les moments de prière et de réconciliation font partie de l’évangélisation, parce qu’avant tout, c’est l’Evangile qui nous transforme et nous libère. Seulement ainsi, l’annonce devient vraie aussi pour les autres.
Ce qui entre dans le cœur de ceux qui nous voient et nous écoutent, ce n’est pas tellement notre capacité d’acteurs, mais la vérité et la volonté que nous mettons dans ce que nous faisons. Tout ceci passe à travers le don de la prière, qui devient contact vivant avec Dieu.
Souvent les paroles des chants composés, les pas de danses, les intuitions pour réaliser les scènes naissent à genoux devant le Saint Sacrement. Méditant avec Marie, la vie de Jésus à travers la prière quotidienne du Chapelet, nous découvrons que le bien est plus fort que tout : plus fort que nos pauvretés, de nos faiblesses, de la mort que nous vivons à l’extérieur et à l’intérieur de nous. Nous qui avons été « détruits » par le mal, nous avons le devoir d’annoncer que la Miséricorde de Dieu est plus grande et plus forte que tout péché. De nombreux spectacles ont été  inventés grâce à la fantaisie que Dieu nous a donné et grâce à la volonté de nos jeunes en ces années : Des ténèbres à la Lumière, le Fils Prodigue, les Mystères de la Lumière, N’ayez pas peur…
Surtout les spectacles nés de la Parole de Dieu ont laissé un signe particulier dans notre cœur et dans celui de qui les a vus, nous rendant encore plus compte que nos paroles passent, mais sa Parole reste et porte du fruit.
L’annonce de l’Evangile à travers les spectacles nous permet à chaque fois de voir que quand nous témoignons la foi, elle se renforce en nous. « Personne après avoir allumé une lampe, ne la met en quelque endroit caché ou sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, pour que ceux qui pénètrent voient la clarté. » (Lc 11,33). En voyant de nombreuses personnes avec les yeux brillants, pleurer à la fin des spectacles, nous rend toujours plus conscients du trésor précieux que la Communauté nous donne et nous met dans l’âme le désir d’hurler au monde entier que seulement Jésus est la vraie fête du cœur de l’homme !

Print this pagePrint this page